Perrin Marc

From Ernesto to Angela - Marc Perrin
 [en écho à, à et à]

 

et c’est d’Heiner Müller la phrase une fois encore s’enroulant se déroulant car le beau veut dire la fin possible de l’effroi

et c’est amour et courage désir et joie et politique de Spinoza la phrase enroulée déroulée nous sentons et nous expérimentons que nous sommes éternels

c’est de relire ici les mots écrits non sans conséquences aussi infimes soient-elles aussi infinies soient-elles images & mots & gestes se produisant dans ce que faire demande → dans → une espèce de compréhension par les actes éprouvant le cœur même de la production c’est-à-dire → poésie amour désir politique joie courage les formes de l’action ne viennent que par la nécessité de l’acte → aucune → phrase parfaite → aucune → vérité → aucun → geste achevé → et → mais → des fois c’est bon et puis des fois c’est

bon c’est encore une fois ni de bien ni de mal mais avec et bon et mauvais + considérations attentives à l’égard du rapport effort / plaisir qui peut nous être de quelque utilité pour accompagner notre mouvement nos mouvements et fortifier le courage & poésie d’amour & désir politique & joie et

c’est de lire les mots de certaines images que ma voix n’a jamais vues et de réactualiser quelques flux de parole affirmant ânonnant tâtonnant avançant une fois encore lyrique + matérialité du souffle = constance dans l’effort → conatus → persévérer → dans son être ou que sais-je affirmant → ânonnant → tâtonnant → avançant il existe une multitude disons une multitude de fils tendus dans l'univers reliant une multitude de points entre eux → disons → une multitude de fils tendus à travers le monde reliant entre eux une multitude de lieux et de corps → disons → une multitude de fils tendus dans chaque corps reliant entre elles une multitude de particules et → disons que la parole a lieu lorsqu'un certain nombre de ces fils tendus se frottent et entrent en vibration de manière à produire une chaleur qui se transforme en feu → disons → que les corps sont des lieux à l'intérieur desquels s'animent les particules disons que les corps sont des particules dont l'incessante activité modifie les lieux dans lesquels ils vivent disons que les lieux sont définis par la manière qu'ils ont → 1. d'accueillir des corps → 2. de se laisser modifier par eux → disons → que la parole est un corps impalpable que certains lieux accueillent disons que la parole est un lieu dans le temps que certains corps accueillent → disons → que la parole est modifiée par les corps et par les lieux qui l'accueillent en même temps qu'elle les modifie disons que les corps modifient les lieux disons que les lieux modifient les corps et disons que la parole est un corps et un lieu modifiant sans cesse les lieux et les corps → disons → disons que l'ensemble des corps modifiant sans cesse les lieux et que l'ensemble des lieux modifiant sans cesse les corps participent à la vie d'un monde sans cesse en reconstitution → disons que l'ensemble des mondes sans cesse en reconstitution s'ouvre sur l'univers disons que les particules sont des étoiles disons que les particules sont des atomes et maintenant traçons chacun dans l'espace un certain nombre de fils tendus entre un certain nombre de points et soyons très attentifs → aux frottements → entre les fils tendus → soyons très attentifs → à la vibration produite par ces frottements → la vie → de l'univers passe par cette vibration la vie de l'univers → passe par nos corps attentifs à cette vibration de fils tendus que chacun nous traçons → entre particules et corps et lieux et mondes → la vie → la vie de l'univers se déploie en nous par → l'attention que nous portons à la multitude des fils tendus → que chacun → nous tissons → la vie de l'univers se déploie en nous par l'attention que nous portons à la vibration produite par les fils tendus lorsqu'ils se frottent entre eux → cette vibration → lorsqu'elle a lieu produit à la fois un son et une chaleur la vie de l'univers se déploie pleinement en nous par l'accélération de cette vibration → car → si la vibration produit du son et de la chaleur l'accélération change la chaleur en feu et le son en parole → une → parole → constituée par un ensemble de fils tendus dont les frottements entre eux créent une vibration par laquelle un feu prend et se répand une → parole → passant par un corps et rejoignant une multitude d'autres corps → une → parole → traversant les corps mais ne s'y arrêtant pas → une → parole comme un mouvement incandescent à travers l'espace une parole comme un mouvement incandescent à travers le temps une parole comme une matière impalpable qui sonne le réveil → une parole comme une matière impalpable devenant palpable → une parole comme une matière en mouvement qui parcourt l'espace une parole comme une matière en mouvement qui pénètre l'espace → une parole comme une matière en mouvement qui parcourt et pénètre le temps une parole comme une matière qui se détache d'un corps une → parole → comme une matière qui traverse un corps une parole comme une matière qui devient un corps une → parole → comme un corps qui pénètre une multitude d'autres corps une parole comme un corps qui traverse les corps mais ne s'y arrête pas → une → parole → comme une matière qui se consume une parole en feu comme une parole en feu nécessaire au passage du temps → une → parole en feu nécessaire au passage d'un corps une parole en feu qui réanime les corps une parole en feu qui les attise une parole en feu qui en fait des aimants vibrant une → parole en feu qui donne aux corps ce qu'ils ne connaissent pas sans elle une parole en feu comme un corps en même temps entre et dans les corps une parole en feu comme un corps en feu une parole en feu comme un corps en feu une parole en feu comme un corps en feu s'approchant d'autres corps en feu → une → parole en feu comme un corps en feu une parole en feu comme un corps en feu s'approchant d'un autre corps en feu une parole en feu comme deux corps en feu → une → parole en feu comme deux corps en feu qui se touchent → et → maintenant → si ton corps est en feu c'est que tu t'approches d'un nouveau lieu si ton corps est en feu c'est que tu t'approches d'un autre lieu en feu si ton corps est en feu chaque lieu que tu approches prend feu → si à ton corps est en feu chaque lieu que tu approches est un nouveau foyer qui s'allume si ton corps est en feu le feu qui le consume consume toutes les vieilles matières → si → ton corps est en feu le feu qui le consume éclaire un nouveau corps si ton corps est en feu tu es un nouveau corps → si → ton corps est en feu tu es en train de naître si ton corps est en feu tu es → en train de quitter un corps en train d'en accueillir un autre si ton corps est en feu → tu → brûles avec le corps ancien si ton corps est en feu tu brûles dans la vieille maison et → avec → toi → brûlent tous les corps anciens si ton corps est en feu tu gardes la mémoire si ton corps est en feu tu es le cœur d'un nouveau foyer si → ton corps → est en feu tu traces un récit flambant neuf chauffé aux flammes de l'incendie des vieilles matières → si → ton corps est en feu tu transformes perpétuel en éternel si ton corps est en feu tu es l'impossible fil tendu par son incandescence vivant → en chaque point de l'espace où une naissance a lieu si ton corps est en feu je fais le récit de la vibration → émise → par le frottement des fils tendus à l'intérieur des corps par le frottement des fils tendus entre les corps je fais le récit depuis chaque lieu comme → depuis → autant de corps reliant les fils tendus entre eux dans l'espace et dont les frottements émettent des vibrations → je → fais le récit depuis chacun des corps comme depuis autant de lieux s'apprêtant à accueillir le feu → et → maintenant → disons que la parole ne nous traverse pas sans qu'une certaine violence nous affecte → disons → que la parole est le récit même de cet affect → et → disons → que la parole fait le récit de cette violence par laquelle un corps s'avance dans ce qui n'a pas jamais été dit → alors → disons que la parole troue le silence et modifie l'univers disons que le trou qu'elle fore dans le silence participe à former une image qui n'avait encore jamais été vue → disons → que la parole est le lieu de ce qui ne se laisse pas prévoir disons que la parole est un corps par lequel certaines images affluent → disons → que la parole tremble avec les temps imprévus disons que la parole forme des images par lesquelles elle rejoint le regard disons → que la parole → forme des images dans le feu disons que la parole forme des images → là où → le regard sans elle ne sait pas voir → disons → que la parole forme des images là où le regard sans elle se noie dans les larmes en répétant je ne comprends pas → disons → que la parole est un temps par lequel un corps se détache du je ne comprends pas → disons → que la parole se déploie dans ce qu'elle ne sait pas encore dire et parce qu'elle s'y déploie une jouissance en elle chante à tue-tête je ne sais pas mais j'y suis → et → maintenant → disons que si des larmes viennent encore à couler disons que ce sont des larmes qui pleurent le foyer premier le premier feu impossible à connaître sans la parole disons → que si des larmes viennent encore à couler ce sont des larmes qui pleurent après la consolation d'avoir connu la parole après le premier feu → si → des larmes viennent encore à couler ce sont des larmes en un certain sens qui pleurent l'innocence qui ne vieillit pas → un corps en feu ne pleure pas → un corps en feu se détache de l'innocence → un corps en feu ne vieillit pas → il brûle → et

c’est d’une lutte contre tout stade final contre toute idée tordant le réel pour son règne d’idée c’est → de la compréhension du pouvoir insatiable des images et de la nécessité de la lutte c’est → de la mise en regard de mots tel que adulte qui a grandi avec adolescents qui est en train de / grandir et de la tension de l’un à l’autre qui demande vigueur ou et apaisement → c’est → de ce changement de ta voix et de ton corps et de ton être en cette période instable c’est → de cette voix qui devient plus grave puis de ce geste léger je pense que les femmes ont des gestes plus longs, elles vont plus loin dans l’air, c’est comme ça qu’elles volent c’est → de la guerre à la perfection et à l’image seule et parfaite et arrêtée = morte et maintenant → c'est de remplacer le mot image par ce qu’il te semble nécessaire de produire par le commun → c’est → d’une fracture et d’un inaudible je veux être entendu veux être entendue nous voulons → être entendues et entendus c’est de la clarté d’un passage et d’une affirmation → c’est → de la réalité qui fait que rien ne peut cacher ce passage vas-y → définis → ce passage → c’est → par la voix de l’enfant c’est par la voix de l’être sans parole et de la nécessité de → cette parole c’est → de la formation de cette parole c’est de la joie liée au bouleversement d’une vie par l’énonciation et par l’acte c’est de la joie liée à l’affirmation c’est → du changement de la voix et de la prise de parole et du geste c’est → donner à la vie

c’est une gare tgv grande vitesse les trains s’y arrêtent sur le quai c’est une robe transparente et l’indécence et ou le délice ou et la naissance d’un

amour c’est un enfant qui demande à mourir dans les corps pétris par la peur et dans les corps mus par la joie c’est un enfant qui demande à vivre c’est → à l’enfant la fidélité que nous lui accordons c’est l’émotion dans la tension fidélité / trahison c’est la chrysalide une cigale dans le jardin de → x → x → x → à → z → z → z  → c’est → une abbayah ouverte sur le ventre et les cuisses et le sexe dans l’air brûlant de l’été c’est dans le jardin de → devant → la maison → sur le quai → la transparence légèreté d’un tissu plus fin ce n’est pas possible plus fin tu es nue c’est une chambre c’est → ce que nous n’avons pas connu c’est faire et défaire l’enfant c’est former déformer un corps à le grandir à l’agrandir à grandir avec → c’est → ta voix qui n’a que trop connu les inclinaisons aux graves c’est la transformation en adulte imparfait c’est → pour la reproduction de l’espèce le savoir n’est rien face à la réalité même de l’expérience des corps en train de vivre et comprendre c’est

celle celui & celles & ceux à qui ces mots sont adressés → un garçon → jeune prince quelconque → une princesse → fille jeune femme c’est → quelques flammèches → tissées par l’entrelacement de quelques mots ce sont → phrases ou et jeunes filles et mots ou et garçons et ou femmes et ou princes et princesses en même temps → tresses → de leurs cheveux → se défaisant → tresses de leurs cheveux écrivant la partition d’un chant → ce sont → les sirènes et la nécessité d’un corps inédit → singulier → pluriel → masculin féminin ce sont → les phrases du jeune garçon quand il cherche à savoir qui elles sont → ce sont → les pensées qui s’entrelacent quand il les sent en mouvement quand il se sent à l’approche d’un corps c’est → l’approche d’un corps → ce sont → les pensées qui s’entrelacent quand il sent qu’elles sont dans le mouvement d’une parole vers → quelque chose → comme la formation d’un corps c’est → princesse prince ne désigne jamais personne que celle celui qui veut prendre la place en premier → c’est → ce sont → rivales rivaux ne sont jamais loin princesse prince ne signifie rien que la bête → première → ensemble de pensées et d’actions à l’approche d’un corps désiré ce sont → les phrases d’une bête quelconque les phrases en elle qui se forment lorsqu'elles animent actions et pensées de l’approche → ce sont → simultanément les gestes et les phrases = actions et pensées nécessaires à tout corps pour qu’il prenne place → ce sont → les phrases en lui qui se forment quand elles sont nécessaires à la mécanique → d’un corps en action → ce sont → jeunes filles femmes phrases mots jeunes garçons en approche → tous → bientôt → n’ayant plus accès à rien de la mémoire qui les renseignait sur ce que fut leur innocence et ou leur virginité ou et leur enfance → oui, où est-elle → ce sont  → les phrases en lui les phrases en elle au dehors d’elle et de lui les gestes se formant dans la durée → par laquelle → devenant femmes se produit pour les jeunes filles un adieu à quel pluriel commun je ne comprends pas ce que tu dis mais je ne pars pas en courant c’est → l’instant par lequel muqueuses devenues épaisses éclairent ou aveuglent l’instant où tu me vois perdre ma voix d’enfant → chacune → singulière → singulier → chacun → tandis des nouveaux corps sont en formation l’énonciation devient possible → voix & gestes → énonciation de ce que le désir produit en chacun de nos corps se formant → instant → et → ou → durée → où → chacune chacun oubliant peu à peu ce que furent nos corps d’enfance ou d’enfant → chacune chacun cheminant vers cet autre fut-il bête quelconque → il → ou → elle → est désirable c’est

→ ce sont → chère angela → encore un ou deux efforts avant l'émancipation → avec tout mon amour → ernesto,

 

 

Marc Perrin - Nantes - 30 Décembre 2012
 

[bientôt ici mise en ligne des archives de la résidence 2010]

 

La  seconde résidence Ce qui secret s'est déroulé du 10 au 18 décembre 2010, à la Fabrique Dervallières, à Nantes.

Une soirée publique de fin de résidence a eu lieu à la maison de quartier des Dervallières le 18 décembre 2010

Ont particpé à cette résidence : Guillaume du Boisbaudry, Elsa Decaudin, eLV://osund, eDS collectif, Geneviève Foccroulle, Pauline Gélédan, Sandrine Julien, Frédéric Laé, Soizic Lebrat, Catherine Lenoble, Patrice Luchet, Mariette Navarro, Marc Perrin, Gwenaëlle Rébillard, Patrick Rimond, Matthieu Saladin, Jean-Marc Savic, Gaël Sesboüé, Patrice Soletti, Vincent Tholomé.

Sont ici données à entendre, à lire ou à voir, certaines traces de ce qui s'est passé pendant cette semaine.

IMAGE.

 

[bientôt ici mise en ligne des archives de la résidence 2009]

 

La  première résidence Ce qui secret s'est déroulé du 14 au 19 décembre 2009, aux Ateliers de Bitche, à Nantes.

Ont particpé à cette résidence : Olivier Boréel, Guenaël Boutouillet, Frédéric Laé, Isabelle Lesquer, Marc Perrin, Matthieu Prual, Valentina Traïanova.

Sont ici données à entendre, à lire ou à voir, certaines traces de ce qui s'est passé pendant cette semaine.

 

6 avril 2009, 2h49 - Marc Perrin
 [un écho ici]

 

Pour la réponse. Rapide. Pour la belle. Rapide. Pour le doute. Et la lenteur. Pour le sentiment. Qui prend. Pour le danger. De la pensée. Pour la peine. Affirmée. Pour la peine. Combattue. Par la question. Pour le corps. Qui ouvre. La question. Pour la réponse.

C’est très gentil le regard que tu poses là sur mon corps qui s’avance vers toi. Elle est belle ton attention non ne crois pas ça ne crois pas à la pureté mon enfant inutile que je te le dise il te faudra l’apprendre le vivre encore une fois afin que tu puisses enfin commencer à oublier ce que je viens de dire mais pourquoi donc m'a-t-il fallu te parler.

À celles et à ceux qui apparaissent.

À toi dont le regard saura déployer l’attention et poursuivre par l’attention même le geste, la phrase, le trait, la vibration, jusqu’à te modifier le regard, sa couleur, son axe, son point de présence.

Modifie ma suite écrite sans l’avoir vécue. Modifie la suite : à chaque modification, du vivant s’écrit.

Quelle commune mesure se crée dans le tissage de nos attentions. Est-ce que nous répondrons seuls jusqu’à la fin.

Je ne crois pas à l'écriture une. Je crois à l’écoute. Je crois à l’espace inconnu entre nos corps. Je crois à l’écriture enfin se risquant à devenir autre. Une croyance n’est pas une action.

Il demande un geste. Répondre demande un corps. Je ne te cache pas que / continuons le chemin, dans l'oubli du commencement, enfin…

Action dans la réflexion. Réalisation par la précision. Par la prolifération.

N’hésite pas. Viens. N’hésite pas. Entre. Est-ce que tu as les clés. Est-ce que tu as le visage que j’attendais. Efface l’image de l’attente. Et viens.

Le cœur. Le temps. Par la forme d’un corps inédit qui bouleverse en toi l’idée même du corps. Viennent répondre. Mais. Dis-moi. Quelle est cette voix fatiguée.

Le temps me pèse. Le cœur s’affole. Et je veux un corps neuf afin de rendre au poids de ce temps la légèreté que mon oubli lui avait retiré. Et ce qui se donne, d’un corps à un corps, a pour nom ce qui ouvrant la phrase maintient et poursuit d’elle son mouvement par le geste qui.

… nous nous les donnons et les maintenons vivants et les portons, ensemble… et seuls, chacun notre tour, selon les forces du jour…

Pour ta réponse. Et dans l'attente. Je lis. J’entends. D’autres mots. J’attends. Je lie. Autrement. J’attends. Ta réponse. Je n’attends plus. Et je reçois la masse et le poids et l’enthousiasme. Dans un même temps.

Quelles sont les pièces de cette maison que je vois attachées au bout d’une ficelle à ton pied gauche. C’est la première question que tu me poses lorsque tu me vois.

Dans l'attente de te lire. Dans l’attente de. Te connaître. Dans l’attente du. Salut. Dans l’attente d’un. Futur. Il s’accoude à la rambarde en métal et de l’autre côté de l’eau voit le nouveau commissariat et ses fentes dans les murs, comme des yeux de menace. Il comprend que l’attente est un mouvement d’accueil et d’attention, doublé d’un geste qui donne. Comprendre ne suffit pas. Un homme lui demande une cigarette. Un homme avec une convocation dans la poche. Un homme marche vers le commissariat.

Heureux de te lire. Heureux du lien qui se tisse et de la réponse. En écho. Avec. La clarté qui se fait. Avec. Nos vies et les rapports. Entre. Avec. Les parties enfouies, les parties révélées. Les autres partis, et qui reviennent. Avec. Le retour en avant. Nos paroles. Nos gestes. Nos vies bouleversées.

Et. L’absence de précisions à donner quant à ce qui vient. Demande-moi. Si tu as des doutes. Et par ta demande : réponds. Offre l’idée qui t’échappe.

Quelle est notre adresse commune. Quelle est cette solitude d’adresses. Réponds. Je. Cherche. L’adresse du présent. Et. Ne lui correspond aucun lieu fixe autre que celui de mon corps. Nulle adresse fixe à mon corps pour la question vive.

Je reçois. Ta réponse. Comme une injonction. Je reçois. Ta réponse. Comme un présent. Heureux. Je compte. Combien. Nous sommes. Non-sens. Je compte. Sur toi. Danger. Je t’invite. À venir. Je modifie. C’est à moi. De venir. Je pense. À défaire. Les chaînes. Du travail. Je pense. À la beauté. D’un amour. Libre. Je pense. Et je demande. Écris-moi. Dans la beauté. D’un amour. Libre. Je pense. Écris. Toi. Dans la beauté. Libre.

Ce que je connais de toi et que j’aime. La beauté de toi que je veux revoir. Tout autre. J’arrête. Toute demande. Je réponds. Alors, quel oui ?

Marc Perrin - Nantes - 6 Avril 2009
Jour 71 - Marc Perrin
 [en écho à] [un écho ici, et ici]

Rédaction des sept livres pendant les sept premières heures du jour.

Le livre un commence par une série de questions. Comment enregistrer la matière. Comment enregistrer le temps de la matière. Comment enregistrer le temps de la vie de la matière. Comment dire un espace. Comment dire l’espace de départ. Comment dire l’espace d’origine. Comment former une voie par laquelle une séparation entre départ et origine libère chaque corps qui à chaque instant ouvre un horizon.

Le livre deux s’attache à développer un certain désaccord avec la grande métaphore. Notes du rédacteur : je ne suis pas d’accord avec la grande métaphore. Bien conscient que tout désaccord ne suffira jamais : pour : signifier. Ne suffira jamais : tant qu’une affirmation ne viendra pas à la suite : du désaccord. Je peux le dire autrement. Je veux le dire autrement. Je veux dire que je crois à un certain langage qui nous serait commun [un temps soit peu], et par lequel nous accéderions [seuls, ensemble] à ce que recouvre ce verbe qui marque une limite que j’aspire à franchir : le verbe accepter. Accepter, pour commencer, que ce langage est à tous, et à personne.

Je crois en un langage - commun - que je saurais dire être le mien. Précisions : je vis avec la matière. Et face à la matière, et dans la matière : je cherche un mouvement qui signera ce rapport juste à l’origine bouleversée par chaque instant du présent : dans nos corps, et dans les rapports qu’ils entretiennent : entre eux. Je cherche un trou dans la terre. Je cherche un trou dans les corps. Un passage. Une voix. Je cherche : un espace entre les corps et sur la terre : où vivre ensemble. Je cherche un mot pour dire ce trou et cet espace. Ce mot n’existe pas. Je cherche une phrase. Pour dire ce et. Une phrase ne suffira pas.

Le livre trois revient sur la grande métaphore. La caverne. Le trou dans la terre. La cave première. Première cavité. Grotte sans nom. Sans ombre. Avec ou sans ombre. Notes du rédacteur : je veux parler du jamais assez. Je veux répondre à ce qui ne suffit pas. Je vais y répondre : par la matière commune. Je trace : des sillons : dans la matière commune. Seule possibilité d’écriture. Dans la matière commune. Je dis que l’enregistrement qui parviendra à présenter, sans reproduire, saura dire ce qu’il en est de ce sillon dont je poursuis incessamment la réalisation, sans répétition, sans redite, sans retour, sans contour peut-être même, et pour finir, c’est-à-dire pour commencer enfin : sans livre.

Livre quatre. Extrait : je veux bien descendre dans la matière, mais avec le visage levé vers le ciel. Je veux bien aller au plus profond, tout en-dessous, tout en bas. Je veux bien aller voir là-bas, tout en-dessous. Savoir si c’est plus clair, tout en-dessous, savoir si c’est plus clair : avec le visage tourné vers le ciel.

Livre cinq. Extrait : lorsque j’écris, je participe au récit de l’interprétation des ombres. Je ne suis pas une ombre. Lorsque j’écris. Je participe au récit de l’interprétation de ce que je ne suis pas. J’aspire à faire la lumière au présent sur ce qu’il en est d’une certaine défaite de la division régnant en maître sur nos vies. Les ombres représentent. Les ombres divisent. J’aspire par l’interprétation à défaire la représentation et la division. Vouloir : n’est qu’une première étape en marche vers la dissolution du vouloir : accès à l’être.

Livre six. Notes du rédacteur : le vide est le lieu où j’écris. J’écris là où il n’y a rien. Ce n’est pas tout. Le vide est le lieu où je vis. Je vis là où il n’y a rien. Ce n’est pas tout. Je suis là. Là où il n’y a rien je suis là. Ce n’est pas tout. L’espace dans lequel nous vivons ensemble – si jamais nous vivons un ensemble -, cet espace ouvre nos corps à un temps : qui n’est pas tout.

Livre sept. Derniers mots : oublier la suite est le seul secret vivant.

Les sept premières heures du jour 71 s’étant écoulées à rédiger les sept livres, le rédacteur décide d’aller au dehors. Maintenant.

Marc Perrin - Nantes - 23 Septembre 2009
12 mars 2010 - Marc Perrin
 [en écho à]

 

 

être dans
être dans un

comme si nous
comme si un
dans nous
non
pas comme
non
pas comme
ne sommes pas
non
pas comme

sommes
c'est tout
non
pas tout
ne sommes pas
tout et sommes
et pas seulement

 

 

Marc Perrin - Nantes - 12 Mars 2010
Corps en feu - Marc Perrin
 [en écho à] [un écho ici, et ici]

là où tu fais de la chair une surface abrasive, elle réplique :
je ne suis pas seulement là pour marcher

là où tu fais de la chair une surface abrasive, elle réplique :
je ne suis pas seulement là pour durer, et cependant
l’éternité est la seule valeur qui tienne en vie mon corps au présent

je suis
une lumière ténue
je suis une aspérité
à la face du soleil

je suis l’opéra des choses
et pas à pas
je suis ce pays défaisant pierre à pierre ses murs anciens

je suis la ruine de ses maisons vides et pas un corps n’est plus vivant que moi

je suis une incompréhension soudaine
pas plus
pas moins
je suis une très tendre incompréhension par laquelle ensemble nous accédons
à l’inédit
d’un vertige
sans maison
sans pierre

nos corps
savent très bien ce qu’ils font
toujours

nous sommes cette constellation très consciente
très concrète
et nous abolissons les espaces clos

nous sommes une rumeur des plus chaudes
nous sommes un gémissement de plaisir
dans les chambres éternelles
des grands déserteurs

nous sommes un mouvement d’amour insolent
orgueilleux
ricaneur
insouciant
et très conscient de l’état du monde

notre désertion : est très active dans le monde en son état
nos corps amoureux : sont des feux très concrets en action dans un monde sans État

 

_

 

ce qui brûle

et que tu aspires
ce que tu allumes
et que tu aspires
ce néant partout par lequel rien de toi ne sombre
ce manifeste plein d’orgueil
plein de lumière
que chaque jour tu rédiges
lumière
lumière
le soleil qui n’attend pas

et si rien s’oppose à ce qui est
chaque pas de toi se fait par la joie de ne rien achever

je perds enfin le sens de la vieille orientation
je marche enfin sans lumière préalable
je m’ouvre enfin à des jours sans savoir
enfin je ne cherche plus à retrouver

je suis en feu je le sais
chaque corps qui m’approche le sait

je suis en feu
je suis heureux enfin
mon corps
sait qu’il n’est pas seul dans ce feu
mon corps
sait qu’il est en feu car un autre corps est en feu
mon corps
sait qu’il est en feu car d’autres corps sont en feu
c’est ainsi
que le monde continue de vivre
par des corps en feu qui font l’expérience d’un bonheur insolent
au plein cœur du pire

 

Marc Perrin - Nantes - 7 Janvier 2010
2 janvier 2010 - Marc Perrin
 [un écho ici, et ici, et ici]

 

 

ce qui va
et passe
passe devant, passe
ce qui va
et tient
[lente approche
d’une nouvelle danse
d’un nouveau chant]

dans les espaces entre

 

 

face à l’étendue
muette
face à l’étendu de l’espace dont nulle fin visible
dans la lumière
au bord du vide
sans la parole
enfant [un livre d’enfant, une salle de classe, une salle vide, une salle qui se remplit, un espace qui grandit, ils sont bien sages, c’est le matin, ils sont de plus en plus nombreux, c’est la nuit maintenant, c’est une nouvelle nouvelle place dans l’espace : c’est un lieu d’où vivre le monde tout autrement, c’est en même temps un temps très intérieur et tout l’espace derrière qui s’ouvre : la ville : ici aujourd’hui, Nantes, c’est un lieu clos ouvert sur le monde, c’est un jour]
avec le regard qui sait ce qu’il voit
avec le regard qui ne trompe pas
avec le regard qui sait ne pas voir tout
avec le regard qui sait savoir peu
juste avant le vide
juste avant le saut

déjà depuis longtemps dans l’infini
ivresse inédite
déjà dans le saut
déjà dans le vide

dans le vertige depuis longtemps
dans la vitesse animant le vertige
un corps ouvert

 

 

sans les livres
après les livres
avec les livres
vivant dans l’oubli des anciens
vivant dans l’inutile oubli
vivant avec eux

ouvert dans un combat sans refus
corps ouvert dans l’ivresse de chaque nouveau geste
ouvert un corps ouvert


 

articulant chaque mot
vivant chaque mot comme un pas

poursuivant la marche de pas en pas
chaque pas : pas du tout comme un mot
chaque jour : pas du tout comme une phrase
articulant : un mouvement sans fin vers l’adéquat

avançant, avançant
chaque jour avec un nouvel air pour continuer

avançant vers l’ouvert

 

 

poursuivant le tracé d’une ligne fragile
incessamment
obstinément
avec amour
bonjour

 

 

déjouant les liens anciens
défaisant les vieilles règles des vieux combats
esclaves et maîtres adieu

aujourd’hui fleuve inédit


...

 

dans une attente
par laquelle perdre enfin tout
avec le ciel espace néant au-dessus
avec dans les poches les dernières pièces d’argent avant la nouvelle monnaie
avec la tête
avec les animaux
dans la ville
dans la nuit
avec un chien qui accompagne et vient en aide quand nécessaire
avec un corps pas seulement animal
avec l’envie de rendre tout
ce qui a été
trouvé
ce qui a été
donné
avec l’espace autour néant habité
jouant sans soucis de gagner
rejouant sans soucis de faire
travaillant sans crainte d’oublier
travaillant léger, léger
rires
travaillant à oublier
travaillant
sans rien avoir à gagner
pensant à l’espace autour
sans penser pensant le partage des idées contre le partage des corps
sans penser pensant le partage des corps comme le partage des idées
dans la très grand soif
dans le très grand froid
dans la plus vive lumière
[lire = silence, je répète : lire = silence, ramenez-vous, je glisse, venez tous, venez glisser, venez glisser (entre parenthèse, juste un instant)]
dans la très vive altération
dépensant les dernières pièces d’argent
étant tout entier occupé par la dernière phrase du maître
délivrant la dernière phrase

 

...

 

derrière une membrane
séparant le corps du monde
le corps
les yeux
la parole
un seul monde

présence du corps dans un seul monde
simultanéité de la présence des corps
simultanéité de la présence des mondes
multiplicité
connexion permanente
multiplicité des mondes et des corps en train de vivre
connexion permanente

l’État : n’est pas un monde
les corps ne sont pas des images
les corps sont des mondes avec des yeux, une parole, des bras, des jambes, un sexe
chacun
et ce que j’oublie
et ce que je ne vois pas
et ce que l’impossibilité à tout voir ou à tout dire ou à tout lire
me fait voir
me fait dire
me fait lire
me fait :
avec espace et temps et corps tels qu’avec eux je
tels qu’avec eux chacun
tels qu’avec eux nous
entre tel et tels et avec tel et tels

sentir
écouter
toucher
étreindre
pénétrer
danser marcher courir

solitude joie vers toi
sans retour possible
ivresse

animal

 

...

 

il n’y a rien de caché dans la terre
c’est à la surface que les corps sont actifs
c’est à la surface que les corps se parlent
c’est à la surface que les corps se sentent
c’est à la surface que les corps s’écoutent
c’est à la surface que les corps se touchent
c’est à la surface que les corps s’étreignent
c’est à la surface que les corps dansent et marchent et court
regarde ils volent
où sont-ils
où sont-ils
où sont-ils

 

...

 

c’est l’immensité, c’est l’infini, c’est tout
c’est l’enclos, c’est le fini, c’est tout

 

...

 

c’est à la fois dans la trachée l’air et la parole
c’est une voix nécessaire qui sort afin que le corps respire
c’est une voie nécessaire par laquelle entre et sort un corps
c’est l’intérieur des cuisses et la peau
c’est une affaire de langue et de lente venue
c’est l’intérieur d’une affaire


...

 

c’est si léger, c’est à peine
ainsi ça s’envole ainsi ça vit

 

...

 

c’est
inondé par le plaisir
ce corps n’est plus un corps il est
inondé par l’intensité d’un calme
inédit
ruisselant dans l’abandon ce corps est un corps
il
reste un corps il excède
le corps
par le plaisir
oui
il excède oui qu’il excède

 

...

 

J’aime travailler
J’aime être l’esclave de ce que j’aime
J’aime prendre des chaînes et m’enchaîner à mon amour
J’aime parler déchaîné en faisant l’amour
J’aime avoir quatre ans et les yeux clos en faisant l’amour
J’aime ce voyage et ce silence
J’aime ton sexe en voyage dans ce silence
J’aime ton sexe en voyage dans cet éclat
J’aime cet éclat dans ton sexe

 

...

 

deux voix, deux corps légers et vifs
chantent et dansent font l’amour
ou

 

...

 

là où il le faut
un lieu où la question ne se pose plus

là où il le faut
la réponse par les corps

 

...

 

où que tu regardes alentour, désormais
des éoliennes, et plus aucun crucifix

 

...

 

c’est quand je le dis à voix haute que je comprends ce qui est écrit
c’est quand je le dis à voix haute que le son vient et que son et voix révèlent un sens que j’étais incapable d’entendre dans le muet

 

...

 

je ne comprends pas
je ne peux pas t’en parler
je voudrais t’en parler
je suis venu pour ça tu sais peut-être on pourrait faire autre chose
oui oh oui autre chose
je ne comprends pas
je ne comprends pas
j’aime ça
je crois que c’est ça

 

 

ce qui tient dans ce qui cherche

 

...

 

et nous défaisons la vieille trinité car elle n’est pas défaite
nous défaisons la vieille dialectique car elle n’est pas défaite
nous défaisons la vieille identité car elle n’est pas défaite
nous ne sommes ni un ni deux ni trois
nous arrêtons de compter

 

 

dans les murs et dans le sol de la fonderie
des trous
des barres de métal qui sortent du béton
l’envie de jouer
de venir jouer
je viens jouer
je joue
ici
entre zac et autoroute
dans les ruines du bâtiment abandonné
mémoire d’un peuple dans les trous
et l’hypermarché
dont l’enseigne éclaire à la ronde

 

 

libre avec ce dont il ne veut pas se défaire

libre avec ce à quoi il croit
ce dont il ne peut se défaire et qui n’existe pas

libre si ça existe

 

 

réponse
par ton corps
avec les lettres des mots qui formaient la question tu formes d’autres mots pour une réponse qui ne peut se lire que dans le temps de ton corps se déplaçant de lettre à lettre écrivant la réponse par la seule marche à la surface de la terre

 

 

dans cette maison sombre
le corps d’un enfant qui veut chanter
dans le vacarme des machines
les murs fragiles d’une demeure
au dehors : tout tremble
les murs fragiles d’une demeure dont tout tremble au dedans
le chant
est ce moment où la voix quitte le corps
le chant
est ce moment où la voix vibre dans le monde
le chant
est un cristal très calme
impensable dans un monde impensé
le chant
est un impensable
le monde vibre

 

 

c’est le fil tendu
chaque jour
c’est un nouveau fil
c’est chaque fil de jour en jour tissant un maillage pas fait pour durer
c’est heureux
à chaque fil c’est heureux

 

 

il voit
il sent
il veut
il ne sait pas
il saura
il dit :
savoir est un acte au futur

 

 

les deux enfants jouent devant le mur de la maison
ils tracent dans la terre sèche des routes par lesquelles ne pas revenir
ils inventent un nouveau jeu le lendemain

 

 

la porte, celle de la maison
des pas, dehors
la porte, celle de la voiture
la clé
le contact
le moteur
la route
les bruits intérieurs
l’habitacle
la voiture qui ralentit
le moteur que l’on coupe
la porte
les bruits de pas dans une forêt
la marche dans la forêt
un lieu
un lieu dans la forêt
un arrêt
un silence

et maintenant, quelle arme ?

 

 

Nos murailles, maintenant, nos contours et les parcours qui vont de nos corps à nos corps, les partances, les courses et finalement les frayeurs enjouées, oui, nous disons oui : à la frayeur enjouée nous disons oui.
Nous sommes désormais chacun ce corps disponible à la plus belle des frayeurs : offerte à ce qui va : d’un cœur à un cœur, de multitude en multitude, de corps en corps : ici : multitude de nos cœurs : voyez-vous ces petites bulles qui s’échappent de nos têtes ? Voyez-vous ? Oui. Nous voyons. Oui. Nous sommes ce corps très multiple dans les petites bulles d’air libre qui s’échappent de chacune de nos têtes. Nous sommes cette basse continue qui dans les allées et venues et dans les déplacements dessinent des trous par lesquels nous parions : il existe au centre, il existe aux périphéries, il existe par la multiplicité des centres : un vertige dans lequel nos corps ouvrent les lieux.

Marc Perrin - Nantes - 2 Janvier 2010
Les trois premiers jours - Marc Perrin
 [en écho à, à et à]

Le premier jour. Tu es face à l’étendue muette. Espace. Tu es face au flux et reflux du mouvement des vagues. Tu es dans la lumière, vive. Ciel blanc bleu, chaleur. Tu es en haut d’une falaise et face à toi l’étendue muette. Pas besoin de parler, ici. Le regard sait tout. Le regard, et le corps tendu dressé vers le blanc bleu. Dans la chaleur. Dans l’imminence du saut. Tout le possible face à toi. L’ivresse de le savoir, ou de le sentir, est la première ivresse. Tu la multiplies maintenant par le premier geste. Tu sautes.

Le deuxième jour. Tu refermes les livres. Tu sais que la page est pauvre et morte sans le corps. Tu refermes les livres. Tu oublies tous les noms anciens. Pas la peine. Inutile. Sont avec toi. Tu cesses le combat du refus. Dans l’oubli des livres. Inutile. Dans leur vie effective enfin par le corps et l’ivresse du nouveau geste. Là oui.

Le troisième jour. Tu articules un mot qui entrave ta marche. Tu formes un mot inadéquate qui t’empêche de respirer et te noue bien les jambes entre elles. Tu ne peux plus avancer. Tu manques d’air pour continuer. Le mot formée prend toute la place dans la bouche. Tu ne peux plus l’articuler. Tu ne peux plus parler. Tu ne peux plus marcher. Tu ne peux plus respirer. Cracher le mot. Vite. Cracher le caillot de sang mort qu’est devenu le mot. Cracher la mort une bonne fois. La mâcher. Bien la mâcher. Puis la cracher. Défaire l’entrave. Articuler un nouveau mot. Le même, mais sans le nœud. Maintenant. Le mot défait. Le faire tien. Maintenant. Pouvoir le donner. Ainsi : le mot défait-refait passe d’un corps à l’autre sans qu’il ne soit plus nécessaire à quiconque : ni de faire, ni de défaire, ni de refaire. Maintenant, corps et mots sont ouverts.

Marc Perrin - Nantes - 21 Mai 2009
Quelqu'un, janvier 2009 - mai 2009 - Marc Perrin
 [en écho à]

01.01.09, 17h29
belle année à toi, et à bientôt

01.01.09, 17h31
belle année à tous les deux, belle année à tous les quatre

01.01.09, 21h54
belle année à toi, et à samedi

02.01.09, 00h06
es-tu allé voir Lorenzaccio, je suis de retour à Nantes, bonne nuit

05.01.09, 18h08
excellent prétexte pour ouvrir les mardis soirs en février, les mercredis en mars, mais d’ici là, nous nous voyons quand, cette semaine aurais-tu du temps, je t’embrasse

06.01.09, 14h07
suis là

06.01.09, 14h09
jeudi soir je vais voir quelqu’un qui danse, on y va ensemble si tu veux

06.01.09, 18h21
20h30, et avant tu peux passer chez moi, est-ce que je te réserve une place

06.01.09, 18h26
est-ce que tu passes chez moi avant, si oui dis-moi juste l’heure et j’y serai, à jeudi

07.01.09, 12h59
dis-moi si c’est bien vendredi soir votre crémaillère, j’ai un doute, et belle année à toi

07.01.09, 14h11
oui, à demain

08.01.09, 16h21
pas possible, est-ce que tu peux le 15

08.01.09, 16h26
le 15 à 21h00 chez toi, très bien

08.01.09, 16h28
je t’embrasse

11.01.09, 20h30
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h34
merci

11.01.09, 20h38
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h44
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h46
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h54
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h57
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

13.01.09, 12h18
ça y est, je l’ai retrouvé

16.01.09, 12h05
petite salle, mercredi, à 21h30, d’accord, à mercredi

16.01.09, 19h18
lundi à 16h00 chez toi

20.01.09, 11h28
et un bonjour de Nantes

21.01.09, 20h52
dans 20-30 minutes

28.01.09, 17h38
à tout à l’heure

28.01.09, 18h06
19h00, aujourd’hui à l’Atelier, rue Chateaubriant, j’y vais

28.01.09, 18h49
au début de la rue Paul Bellamy, première à droite

29.01.09, 19h49
d’accord

07.02.09, 13h11
hélas envahi par un boulot que j’ai à rendre pour lundi, je n’ai pas pu venir hier soir, y a-t-il d’autres dates, bons jours à toi

13.02.09 19h21
j’arrive

15.02.09, 09h29
un petit marché vers midi

15.02.09, 09h30
un petit marché vers midi

15.02.09, 09h32
alors je t’embrasse

15.02.09, 09h44
je t’appelle

17.02.09, 19h35
bonjour, pensées vers vous, mais ce soir je risque de ne pas être très disponible, c’est un mardi où je reçois, mais si tu as besoin, n’hésite pas à m’appeler, sinon je t’appelle demain soir, je t’embrasse, je vous embrasse

20.02.09, 15h20
pour une lecture, ça peut intéresser quelqu’un, voici son numéro de téléphone

22.02.09, 10h49
pour ce soir, option huîtres et lapins, est-ce que tu manges des huîtres

24.02.09, 11h38
réponse 5, à tout à l’heure

24.02.09, 18h24
je vous embrasse depuis Lorient, entre la générale hier et la première tout à l’heure

26.02.09, 19h41
bonjour, mon téléphone était en mode silencieux, se voir demain chez moi à partir de 19h00, si ça te va, j’y serai

27.02.09, 12h21
faute de pouvoir venir ce soir, des pensées vers toi et vers vous

27.02.09, 18h26
oui oui

28.02.09, 11h08
des pensées vers toi et vers vous pour tout à l’heure, je t’embrasse

02.03.09, 22h59
et demain Badiou est à Saint-Herblain à 15h30, est-ce possible pour toi

11.03.09, 10h05
oui oui oui, je t’appelle quand je suis en bas de l’immeuble, vers 15h00, 15h30

11.03.09, 10h18
oui

11.03.09, 15h17,
interception, à ce soir

12.03.09, 11h42
est-ce que je fais des boulettes de viande ce soir, je m’en occupe si ça te tente

13.03.09, 23h20
le téléphone était coupé vers 19h00, puis avec un carton plein de livres je suis rentré et plus le courage de ressortir, avec un train demain bien matinal, on se sera manqués cette fois, belle fête demain, je t’embrasse

14.03.09, 10h44
bonjour, bien reçu ton e-mail, hélas non pour ce soir, je suis déjà dans le train en direction de Toulouse pour une lecture ce soir, je t’embrasse, et à une prochaine fois plus calme

14.03.09, 11h27
bonjour, j’arrive à 13h30, y aura-t-il quelqu’un chez vous dans ces eaux-là

14.03.09, 11h35
volontiers, oui

14.03.09, 11h51
bonjour, est-ce que je peux amener des revues et des livres tout à l’heure, y a t-il de la place pour

14.03.09, 12h37
et chaleur que tu sois là, à bientôt ami, je t’embrasse

15.03.09, 23h42
un peu tard à cette heure-ci pour t’appeler peut-être

18.03.09, 17h14
je prépare de quoi manger pour ce soir, on ne s’était rien dit à propos de ça je crois, à tout à l’heure

20.03.09, 15h54
et d’écouter Les petits enfants en t’écrivant ces quelques mots, pensées

21.03.09, 10h21
je dois être de retour chez moi pour 12h30, on peut se retrouver à 11h00 à Talensac, est-ce que c’est possible pour toi

21.03.09, 10h44
chez moi à 13h00, d’accord, comme ça ce sera moins la course

21.03.09, 11h03
veux-tu amener quelques huîtres

24.03.09, 22h33
peux-tu m’envoyer le numéro de téléphone de quelqu’un, crois-tu que je puisse l’appeler maintenant, je t’embrasse

03.04.09, 20h22
c’est maintenant qu’il faut reprendre vie, relisant le début de Cercle

04.04.09, 19h56
je décolle de Nantes maintenant, j’arrive

07.04.09, 15h42
ne t’inquiète pas, je te raccompagnerai jusqu’à ce que tu reconnaisses ton chemin, à tout à l’heure

12.04.09, 18h16
18h30 à ton bureau demain, d’accord, avec une clé usb, à demain

16.04.09, 18h40
belle soirée calme à toi

17.04.09, 12h25
bonjour, pour vous dire que le code de la porte d’entrée changera à partir du 15 mai, bien à vous

21.04.09, 11h21
bonjour, un petit café du coté du TNB, dans l’heure qui vient, serait-ce possible pour toi

21.04.09, 21h40
je suis à Rennes figure-toi mais ne sais pas de quoi demain soir sera fait, je te rappelle demain

25.04.09, 16h01
et merci et beau jour à vous

27.04.09, 14h56
merci de prendre contact avec moi au plus vite

28.04.09, 11h01
sans réaction de votre part, j’engagerai la suite judiciaire nécessaire

28.04.09, 12h02
finalement je passerai demain, est-ce que c’est bon pour toi

29.04.09, 15h35
et des pensées vers tous les quatre, à très bientôt

30.04.09, 10h06
viens de recevoir et d’écouter, grand oui, à très bientôt

30.04.09 16h31
suis à Nantes, te dis bonjour et à bientôt

03.05.09, 10h02
bonjour, peux-tu me dire pour le dimanche 24 mai si le soir c’est possible pour toi

03.05.09, 16h36
bonjour, désolé mais je rentre demain, je t’embrasse

03.05.09, 16h38
bien reçu et noté, belle journée à toi

03.05.09, 18h00
vous vous doutez bien que votre réponse ne me satisfait pas, à l’exception de la perspective que vous quittiez le studio, j’attends toujours de vous que vous me payiez les loyers que vous me devez, à moins que vous n’envisagiez votre départ du studio très rapidement, je n’abandonne en rien la possible voie judiciaire, que comptez-vous faire, appelez-moi urgemment

05.05.09, 10h02
à tout de suite

05.05.09, 16h46
peux-tu demander à quelqu’un s’il peut amener une caméra vidéo

05.05.09, 16h54
quelqu’un d’ici

06.05.09, 11h25
bonjour, je suis sur la route, je pense arriver en milieu ou fin d’après-midi, à tout à l’heure

07.05.09, 19h21
hélas je suis absent de Nantes, jusqu’au 18

10.05.09, 14h29
voici le numéro de téléphone de quelqu’un

12.05.09, 21h30
eau chaude, frigo, champagne, Internet, tout est okay, à jeudi

13.05.09, 09h15
un peu en retard, j’arrive

13.05.09, 13h03
je t’appelle demain, voyons ça ensemble, je t’embrasse

15.05.09, 12h02
et des pensées pour ce soir, à très bientôt

15.05.09, 13h11
merci merci

19.05.09, 09h57
finalement je ne vais pas venir, ce serait trop la course, je t’embrasse, je vous embrasse

Marc Perrin - Nantes - 21 Mai 2009