Carn marina / Chair marine - Olivier Lamarque
 [en écho à, à et à] [un écho ici]

èsser se
dins un còs

coma se
nos èrem perduts dins una pèira

coma se
nos i caliá veire las tèrras que viran

aquel movement per la
fin

quand te trases acabat
avantat
dins una carn marina

a l’escur
avanida

es atal que los membres contunhan de viure
d’un inedit placentari

e o sabes

sens ostal
ni mai pèira
sens pèira
ni mai ostal

sens saber cap arroina

son que lo lum que
- defòra -
te desbremba dins lo fuòc del solelh ponchant

l’insolent e prigond naufragi blanquinós
mièg liquid mièja flor
de la vida

 

-

 

être soi
dans un corps

comme si
nous nous étions perdus dans une pierre

comme si
nous devions y voir les terres qui tournent

ce mouvement pour la
fin

quand tu te retranches achevé
lancé
dans une chair marine

obscurément
évanouie

c’est ainsi que la membrure continue de vivre
d’un inédit placentaire

tu le sais

sans maison
ni même pierre
sans pierre
ni même maison

sans connaître aucune ruine

juste la lumière qui
- dehors -
t’oublie dans le feu du soleil piquant

l’insolent et profond naufrage blanchâtre
mi-liquide mi-fleur
de la vie

Olivier Lamarque - Toulouse - 21 février 2010