Quelqu'un, janvier 2009 - mai 2009 - Marc Perrin
 [en écho à]

01.01.09, 17h29
belle année à toi, et à bientôt

01.01.09, 17h31
belle année à tous les deux, belle année à tous les quatre

01.01.09, 21h54
belle année à toi, et à samedi

02.01.09, 00h06
es-tu allé voir Lorenzaccio, je suis de retour à Nantes, bonne nuit

05.01.09, 18h08
excellent prétexte pour ouvrir les mardis soirs en février, les mercredis en mars, mais d’ici là, nous nous voyons quand, cette semaine aurais-tu du temps, je t’embrasse

06.01.09, 14h07
suis là

06.01.09, 14h09
jeudi soir je vais voir quelqu’un qui danse, on y va ensemble si tu veux

06.01.09, 18h21
20h30, et avant tu peux passer chez moi, est-ce que je te réserve une place

06.01.09, 18h26
est-ce que tu passes chez moi avant, si oui dis-moi juste l’heure et j’y serai, à jeudi

07.01.09, 12h59
dis-moi si c’est bien vendredi soir votre crémaillère, j’ai un doute, et belle année à toi

07.01.09, 14h11
oui, à demain

08.01.09, 16h21
pas possible, est-ce que tu peux le 15

08.01.09, 16h26
le 15 à 21h00 chez toi, très bien

08.01.09, 16h28
je t’embrasse

11.01.09, 20h30
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h34
merci

11.01.09, 20h38
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h44
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h46
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h54
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

11.01.09, 20h57
bonjour, c’est quoi ton adresse postale, je t’embrasse

13.01.09, 12h18
ça y est, je l’ai retrouvé

16.01.09, 12h05
petite salle, mercredi, à 21h30, d’accord, à mercredi

16.01.09, 19h18
lundi à 16h00 chez toi

20.01.09, 11h28
et un bonjour de Nantes

21.01.09, 20h52
dans 20-30 minutes

28.01.09, 17h38
à tout à l’heure

28.01.09, 18h06
19h00, aujourd’hui à l’Atelier, rue Chateaubriant, j’y vais

28.01.09, 18h49
au début de la rue Paul Bellamy, première à droite

29.01.09, 19h49
d’accord

07.02.09, 13h11
hélas envahi par un boulot que j’ai à rendre pour lundi, je n’ai pas pu venir hier soir, y a-t-il d’autres dates, bons jours à toi

13.02.09 19h21
j’arrive

15.02.09, 09h29
un petit marché vers midi

15.02.09, 09h30
un petit marché vers midi

15.02.09, 09h32
alors je t’embrasse

15.02.09, 09h44
je t’appelle

17.02.09, 19h35
bonjour, pensées vers vous, mais ce soir je risque de ne pas être très disponible, c’est un mardi où je reçois, mais si tu as besoin, n’hésite pas à m’appeler, sinon je t’appelle demain soir, je t’embrasse, je vous embrasse

20.02.09, 15h20
pour une lecture, ça peut intéresser quelqu’un, voici son numéro de téléphone

22.02.09, 10h49
pour ce soir, option huîtres et lapins, est-ce que tu manges des huîtres

24.02.09, 11h38
réponse 5, à tout à l’heure

24.02.09, 18h24
je vous embrasse depuis Lorient, entre la générale hier et la première tout à l’heure

26.02.09, 19h41
bonjour, mon téléphone était en mode silencieux, se voir demain chez moi à partir de 19h00, si ça te va, j’y serai

27.02.09, 12h21
faute de pouvoir venir ce soir, des pensées vers toi et vers vous

27.02.09, 18h26
oui oui

28.02.09, 11h08
des pensées vers toi et vers vous pour tout à l’heure, je t’embrasse

02.03.09, 22h59
et demain Badiou est à Saint-Herblain à 15h30, est-ce possible pour toi

11.03.09, 10h05
oui oui oui, je t’appelle quand je suis en bas de l’immeuble, vers 15h00, 15h30

11.03.09, 10h18
oui

11.03.09, 15h17,
interception, à ce soir

12.03.09, 11h42
est-ce que je fais des boulettes de viande ce soir, je m’en occupe si ça te tente

13.03.09, 23h20
le téléphone était coupé vers 19h00, puis avec un carton plein de livres je suis rentré et plus le courage de ressortir, avec un train demain bien matinal, on se sera manqués cette fois, belle fête demain, je t’embrasse

14.03.09, 10h44
bonjour, bien reçu ton e-mail, hélas non pour ce soir, je suis déjà dans le train en direction de Toulouse pour une lecture ce soir, je t’embrasse, et à une prochaine fois plus calme

14.03.09, 11h27
bonjour, j’arrive à 13h30, y aura-t-il quelqu’un chez vous dans ces eaux-là

14.03.09, 11h35
volontiers, oui

14.03.09, 11h51
bonjour, est-ce que je peux amener des revues et des livres tout à l’heure, y a t-il de la place pour

14.03.09, 12h37
et chaleur que tu sois là, à bientôt ami, je t’embrasse

15.03.09, 23h42
un peu tard à cette heure-ci pour t’appeler peut-être

18.03.09, 17h14
je prépare de quoi manger pour ce soir, on ne s’était rien dit à propos de ça je crois, à tout à l’heure

20.03.09, 15h54
et d’écouter Les petits enfants en t’écrivant ces quelques mots, pensées

21.03.09, 10h21
je dois être de retour chez moi pour 12h30, on peut se retrouver à 11h00 à Talensac, est-ce que c’est possible pour toi

21.03.09, 10h44
chez moi à 13h00, d’accord, comme ça ce sera moins la course

21.03.09, 11h03
veux-tu amener quelques huîtres

24.03.09, 22h33
peux-tu m’envoyer le numéro de téléphone de quelqu’un, crois-tu que je puisse l’appeler maintenant, je t’embrasse

03.04.09, 20h22
c’est maintenant qu’il faut reprendre vie, relisant le début de Cercle

04.04.09, 19h56
je décolle de Nantes maintenant, j’arrive

07.04.09, 15h42
ne t’inquiète pas, je te raccompagnerai jusqu’à ce que tu reconnaisses ton chemin, à tout à l’heure

12.04.09, 18h16
18h30 à ton bureau demain, d’accord, avec une clé usb, à demain

16.04.09, 18h40
belle soirée calme à toi

17.04.09, 12h25
bonjour, pour vous dire que le code de la porte d’entrée changera à partir du 15 mai, bien à vous

21.04.09, 11h21
bonjour, un petit café du coté du TNB, dans l’heure qui vient, serait-ce possible pour toi

21.04.09, 21h40
je suis à Rennes figure-toi mais ne sais pas de quoi demain soir sera fait, je te rappelle demain

25.04.09, 16h01
et merci et beau jour à vous

27.04.09, 14h56
merci de prendre contact avec moi au plus vite

28.04.09, 11h01
sans réaction de votre part, j’engagerai la suite judiciaire nécessaire

28.04.09, 12h02
finalement je passerai demain, est-ce que c’est bon pour toi

29.04.09, 15h35
et des pensées vers tous les quatre, à très bientôt

30.04.09, 10h06
viens de recevoir et d’écouter, grand oui, à très bientôt

30.04.09 16h31
suis à Nantes, te dis bonjour et à bientôt

03.05.09, 10h02
bonjour, peux-tu me dire pour le dimanche 24 mai si le soir c’est possible pour toi

03.05.09, 16h36
bonjour, désolé mais je rentre demain, je t’embrasse

03.05.09, 16h38
bien reçu et noté, belle journée à toi

03.05.09, 18h00
vous vous doutez bien que votre réponse ne me satisfait pas, à l’exception de la perspective que vous quittiez le studio, j’attends toujours de vous que vous me payiez les loyers que vous me devez, à moins que vous n’envisagiez votre départ du studio très rapidement, je n’abandonne en rien la possible voie judiciaire, que comptez-vous faire, appelez-moi urgemment

05.05.09, 10h02
à tout de suite

05.05.09, 16h46
peux-tu demander à quelqu’un s’il peut amener une caméra vidéo

05.05.09, 16h54
quelqu’un d’ici

06.05.09, 11h25
bonjour, je suis sur la route, je pense arriver en milieu ou fin d’après-midi, à tout à l’heure

07.05.09, 19h21
hélas je suis absent de Nantes, jusqu’au 18

10.05.09, 14h29
voici le numéro de téléphone de quelqu’un

12.05.09, 21h30
eau chaude, frigo, champagne, Internet, tout est okay, à jeudi

13.05.09, 09h15
un peu en retard, j’arrive

13.05.09, 13h03
je t’appelle demain, voyons ça ensemble, je t’embrasse

15.05.09, 12h02
et des pensées pour ce soir, à très bientôt

15.05.09, 13h11
merci merci

19.05.09, 09h57
finalement je ne vais pas venir, ce serait trop la course, je t’embrasse, je vous embrasse

Marc Perrin - Nantes - 21 Mai 2009
Les trois premiers jours - Marc Perrin
 [en écho à, à et à]

Le premier jour. Tu es face à l’étendue muette. Espace. Tu es face au flux et reflux du mouvement des vagues. Tu es dans la lumière, vive. Ciel blanc bleu, chaleur. Tu es en haut d’une falaise et face à toi l’étendue muette. Pas besoin de parler, ici. Le regard sait tout. Le regard, et le corps tendu dressé vers le blanc bleu. Dans la chaleur. Dans l’imminence du saut. Tout le possible face à toi. L’ivresse de le savoir, ou de le sentir, est la première ivresse. Tu la multiplies maintenant par le premier geste. Tu sautes.

Le deuxième jour. Tu refermes les livres. Tu sais que la page est pauvre et morte sans le corps. Tu refermes les livres. Tu oublies tous les noms anciens. Pas la peine. Inutile. Sont avec toi. Tu cesses le combat du refus. Dans l’oubli des livres. Inutile. Dans leur vie effective enfin par le corps et l’ivresse du nouveau geste. Là oui.

Le troisième jour. Tu articules un mot qui entrave ta marche. Tu formes un mot inadéquate qui t’empêche de respirer et te noue bien les jambes entre elles. Tu ne peux plus avancer. Tu manques d’air pour continuer. Le mot formée prend toute la place dans la bouche. Tu ne peux plus l’articuler. Tu ne peux plus parler. Tu ne peux plus marcher. Tu ne peux plus respirer. Cracher le mot. Vite. Cracher le caillot de sang mort qu’est devenu le mot. Cracher la mort une bonne fois. La mâcher. Bien la mâcher. Puis la cracher. Défaire l’entrave. Articuler un nouveau mot. Le même, mais sans le nœud. Maintenant. Le mot défait. Le faire tien. Maintenant. Pouvoir le donner. Ainsi : le mot défait-refait passe d’un corps à l’autre sans qu’il ne soit plus nécessaire à quiconque : ni de faire, ni de défaire, ni de refaire. Maintenant, corps et mots sont ouverts.

Marc Perrin - Nantes - 21 Mai 2009