Vinclair Pierre

 [en écho à]

Install flash.

 

Le prince dit - Pierre Vinclair
 [en écho à] [un écho ici, et ici]

I.

 

premier celui qui vint premier, condamné par le temps – d'abord quand

il n'y eut rien – d'abord

un seul à se rejoindre – s'

il n'y eut rien, l'état de longue plaine, des bosselées où s'ouvrent (de

l'ouvert –

je suis un autre nom
l'ouverture est première je

tu auras déroulé mes griffes
pour faire le

) même si je ne venais pas

avant le mouvement les yeux tordant les figurines compressées dans le

sang, un drap rose où se joindre, de tous les n?uds coupés

la lumière dans l'ouvert où

je

oui
où nous sommes nés

ouverts moi dans les bras
dont les jambes cognent les articulations partout
c'est l'intérieur du corps

les os s'élèvent dans la langue et ce qui est, la voix sous cette peau de

l'être, de l'autre côté des tribunes de poussière, tout ce que nous

fourrons dans nos poumons, de l'être, c'était le prince parlant, prince

       la voix qui me parlait

comment je respirais – plein –
car j'étais sous la terre

disait-il, prince était, sous la terre et il m'avait choisi, dans l'oreille, où il

jetait les mots qui montaient, de la terre qui roulait, s'enroulaient

autour des atomes dans de l'air, et moi j'écoutais la parole qui

parlait.

ô premier tôt venu
condamné
sous la terre de l'autre côté

plein de peau
à l'intérieur où se concentrent
les ligaments partout

je suis le prince et je devrais sortir

 

II.

 

alors nous avons brûlé des villages et avons tout brûlé, nous

combattions pour d'autres dieux, un estomac sanglant par le trou

d'une épée m'avait ainsi parlé, nous fouillions dans les corps lorsque

j'ai entendu le prince par ce trou, qui encore

je suis l'être
à l'intérieur de l'être
je suis le soi cogné
dans le tout

dans le jus plein de l'être

il dit, j'ai creusé dans les trous pour entendre, j'ai brûlé des agneaux, j'ai

crié, pour entendre le maître – mais le trou s'est ouvert et la voix

disparut, le corps tomba par terre et depuis ce jour là je cherche les

trous d'hommes pour entendre la voix du maître, je fais couler du

sang pour retrouver le prince qui chantait

l'harmonie qui passait

dans mes cordes je la sentais, je cherchais ce qui se montrait dans ce cri

avec les mots pourris
dans une bouche de cent ans

l'articuler à moi, aussi si seul un prince créé le monde par le verbe les

machines par le chant, mouillé la colère et la joie, mais tenus dans

les boucles manuscrites des graffitis sans épaisseur

des illettrés, s'ils valent
ce cri donc

des langues rongées par la mort, le son
illimité s'il ne travaille pas,

s'ils n'offrent pas leur corps à la ponctuation
au silence,
s'ils le refusent au négatif

 

III.


derrière moi il n'y aura plus rien, tous les soldats de marbre rejoindront

le bitume – même les vôtres

(nous manquons de pavés
mais je peux

dire enfin, m’agiter dans la voix qui me tient, immobile et pareille aux 

premières chansons –

de quels princes
pour quel monde –

s'il n’y a plus de monde ?) leurs chansons ont déjà trop fleuri à nos

bouches mal lavées, du sang, de la pensée peut-être

 

IV.


et combien

nous faudra-t-il de balles pour couper
des phrases dans le bruit du peuple

Pierre Vinclair - Shanghai - 5 février 2012
IU OELT NANET NI AM - Pierre Vinclair
 [en écho à]

Pierre Vinclair - Paris - 4 Novembre 2009
Chant pour Darwin - Pierre Vinclair
 [un écho ici]

Pierre Vinclair - Tokyo - 10 Juillet 2010
Ce qui se créa - Pierre Vinclair
 [un écho ici]


mais si les noms s'effacent
les dieux disparaissent-ils aussi
et les hommes
n'y aura-t-il plus alors que ce chaos
qui serre& desserre le

 

poumon
des quartiers qui s'échangent
les informations

 

(les mots faisaient
un revêtement
se collaient sur la peau
jusqu'à la pénétrer et
creuser les craquelures d'
une plaine sans eau
désert

 

les fissures
refermaient
le corps bouclait
plein)

 

bientôt ça ne
passera
plus

 

dans la ville
de béton & plastique que nous avons suée & usée
qui a mangé les hommes
pour les offrir à des images
en renversant la création :

 

dans son enveloppe de pétrole
la terre est de nouveau pareille
à une flaque d' huile &
qui flotte
à la surface de
rien








 

Pierre Vinclair - Tokyo - 10 Juillet 2010
Nous maintenant oui - Pierre Vinclair
 

et si mis à part ceux qui sont
explicitement contradictoires
cercle carré de l’existence
des référents des noms aucun

pas même la méthode
ne peut nous faire douter
l’expérience


la question du rapport des phrases à ce qui leur est extérieur et les modalités de renvoi de celles-là à ceci ne peut pas se trancher par l’usage même des phrases


révèle ce qui existe ici
et maintenant le bon sens
décide du contraire


la dénotation n’est pas l’objet d’une science mais d’une mystique


l’existence d’une chose ne peut

rencontrer la question
que de façon factuelle
mais nous maintenant
oui

Pierre Vinclair - Paris - 25 Juin 2009
Trois fois rien - Pierre Vinclair
 [en écho à] [un écho ici]

CHACUN DE CES quarante-sept
mausolées peut compter la vie
ancienne ou d'un homme
crispé
écrasé droit dans le secret
ou dans le souvenir d' ailleurs

PAR LA PIERRE me faudra-t-il
en profaner les ombres
une à une&
planter les ongles jusqu'au bout
de quarante-sept fois rien
creuser creuser

DEMELER DANS LA chair de
la terre & les os retenus
la poudre pour prouver
quoi s'il était ce mâle
dont j'ai neuf mois durant porté
le fils & les os

DE CET ADOLESCENT couché
sous terre quand le prêtre dit
que les anciens demeurent
au cielmais
mon enfant

JE L'AI TENU avec des larmes
il y avingt ans
que je porte drapé dedans
la tête alourdie par le deuil
l'écriture inutile alors

QUE RESTE-T-IL au bout de ces
doigts qui aimèrent tant sinon
lacorne
à tracer le contour des morts
sur de la peau épaisse
du lieu à remuer

EUX SACRIFIERENT LEUR vie
pourleur maître
& la pauvre chose qu'il reste
à étirer jusqu'au néant
moi dont ils furent les seigneurs
abandonnée
dans la compagnie muette
des casseroles & gamelles

COMBIEN DE TEMPS ai-je tenu
à regarder les draps danser
& tenu
les larmes cachées dans
des trousla lumière
à espérer

ENTRE LES DOIGTS plissés à peine
de la terre quicoule
serais-je un sablier si vain
qu'il vient compter après
l'écoulement des tours &
remuer la saveur suspecte
des mémoires

APRÈS L'AMOUR ENFOUI
retirée la marée découvert
le monde
est ce désertpeu
à peu plié dans une peau qui fripe
le vêtement trop tôt porté
avec rien

J'AI SU CHANTER tant que j'ai pu
oublier le regard du prêtre
me serrer là
entre deux lèvres retenues
& attendre
mais la voix qui s'échappe
j'ai désiré
la retenir

ALORS LES MOTS commencent
à pleuvoirdes flèches
& trouer la surface
le torchis des maisons défait
je restai là
assise au fond d'un quoi

J'AI APPRIS PEU de choses
mais ma mémoire est bonne
je sais que le visage mort
se tapisse d'un gris
où les divinités se perdent
comme les motifs
un drapuniforme

CHACUN DE CES quarante-sept
mausoléespourtant 
contient le souvenir d'un homme
je viens respirer son odeur
planter mes doigts tordus c'est tout
dessiner une fleur

IMPOSSIBLE JE VIENS 
trouverla paix
de ceux qui me quittèrent hélas
je ne pleure plus
le siècle a fait de moi cet animal
il vient fouler son territoire
& dormir

 

 

Pierre Vinclair - Kyoto - 24 Mars 2010
Haïku presque exquis - Matthieu Doze, Pierre Vinclair
 
Install flash.
Matthieu Doze, Pierre Vinclair - Kyoto - 31 Janvier 2010